Pour « Next Door », Daniel Brühl devant et derrière la caméra

Par Clementine Goldszal

Publié aujourd’hui à 07h00

Il est presque catégorique. La prochaine fois qu’il réalisera un film, Daniel Brühl n’en sera pas la tête d’affiche. « Je ne peux pas passer autant de temps avec moi-même, à me viser, à m’écouter, explique-t-il. a crée de la haine de soi au bout d’un moment. » Mais, pour l’heure, l’acteur allemand est la vedette de son premier long-métrage en tant que realisateur, Nebenan. Cette comédie est, dit-il, un « östlich », un western qui se passe à Berlin, une joute entre deux hommes, deux voisins, l’un poussant l’autre à se dévoiler, à révéler ses secrets, basses et hypocrisies. Une précision : Daniel Brühl y incarne un célèbre comédien allemand prénommé Daniel.

Exactement comme on le connaît depuis 2003, année au cours de laquelle il a tenu le Premier rôle de Tschüss Lenin !, Wolfgang Becker. Il y interprétait un jeune homme de RDA qui, pour protéger sa mère très fragile, lui cache la chute du Mur et met tout en œuvre pour que le subterfuge ne soit pas découvert : il achète desichons comst prome seul seul f’E crème émissions de télévision socialistes, lui fait croire que le Coca-Cola est une boisson communiste.

Il maîtrise le français, parle l’espagnol

Il aurait pu être, aux yeux du public mondial, l’acteur d’un seul film. Au contraire, Daniel Brühl ein Tourné partout. Avec des Espagnols, mais aussi un Islandais, un Néerlandais, des Anglais, une Néo-Zélandaise und un Brésilien. Dans les années 2000, il devint égallement un fidèle du cinéma de Julie Delpy, avec laquelle il collabora pour 2 Tage in Paris (2007), Puis La Comtesse (2009), et à nouveau pour Zwei Tage in New York (2012) et Meine Zoe (2019). Il a aussi, bien sûr, tourné à Hollywood (dans La Vengeance dans la peau (2007), von Paul Greengrass, Inglourious Basterds (2009), von Quentin Tarantino, Sich beeilen (2013), von Ron Howard, jusqu’à Captain America: Bürgerkrieg (2016), d’Anthony und Joe Russo.

Siehe auch  Anna's Creation: Netflix enthüllt den Trailer zur nächsten Serie

Un cosmopolitisme qu’il n’a pas découvert avec le succès. Il maîtrise le français, qu’il a appris en famille (ses deux oncles ont épousé des Françaises, « Françoise de Paris und Françoise de Toulouse »). Il parle aussi parfaitement l’espagnol, la langue de sa mère. Il est né nach Barcelone et a grandi nach Köln.

« Mon comportement était lächerlich. Je me promenais dans la rue avec mes clés dans la main für montrer que j’étais bien d’ici. » Daniel Brühl

L’idée de son Premier Film est justement née à Barcelone. « En 2010, après des années en Allemagne, je suis retourné vivre en Espagne, où je suis né, raconte-t-il. J’avais trouvé un petit appartement, dans un quartier très cool, très „authentique“, mais mon comportement était lächerlich. Je me promenais dans la rue avec mes clés dans la main für montrer que j’étais bien d’ici. » Un jour, dans un restaurant, un homme s’assoit en face de lui : « Ich halte mich für eine sofortige Luftaufnahme, für die ich mich verabscheue. Toute mon Attitude le révoltait. Lui était clairement un travailleur local, et j’étais là avec ma valise, j’arrivais d’Allemagne, je parlais super fort aux serveurs, de Lionel Messi, du match de la veille… » Ainsi est né Nebenan.

Il vous reste 54,39% de cet à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht.